Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

Facebook : les implications du bouton « j'aime » pour les marques

les implications du bouton « j'aime » pour les marques utilisant les réseaux sociaux dans leur stratégie webmarketing


Facebook et l'Open Graph : Il y a près d'une semaine, Facebook a secoué le monde avec l'annonce de l'ouverture de son Open Graph, et bon nombre d'entre vous sont encore en train de se demander quelles conséquences elle pourrait bien avoir pour votre marque ...


Les implications du bouton « j'aime » ...

Il est important d'envisager cela sous une perspective d'entreprise. Comme Facebook lui-même, ou tout autre réseau social en général, nous allons découvrir plus d'avantages que d'inconvénients avec le temps, et davantage de sites web et d'applications vont exploiter toute la puissance de l'Open Graph.

Déjà, bon nombre de discussions ont lieu, pas seulement sur ce qui se passe autour de l'Open Graph et des questionnements qui s'y rapportent, comme le respect de la vie privée et les ramifications web, mais aussi sur la manière dont nous pouvons tous en profiter.

La génération de trafic
Tous les plug-ins de Facebook, et notamment ceux liés à son Open Graph, sont bénéfiques pour votre trafic. Les boutons de recommandation et « j’aime » sont essentiellement des variations de boutons de partage que les gens avaient déjà l’habitude d’employer pour générer du trafic en un rien de temps. Le principale différence est qu’au lieu que ces partages ne soient seulement montrés dans votre flux d’actualité Facebook, qui s’efface dans un laps de temps très court, vos partages s’affichent désormais sur votre page profil que tous les gens peuvent voir. Conséquence : votre lien ne disparait pas. Il demeure dans votre page profil et donc peut continuer d’être cliqué, même six mois plus tard.

La recherche

Greg Sterling, de Search Engine Land, a fait quelques remarques intéressantes au sujet des implications de l’Open Graph en matière de référencement :

« La vision ici est celle d’un réseau d’outils de découverte et d’information qui opère dans les hauteurs de l’entonnoir de recherche : qu’est-ce que mes amis font ? ce qu’ils mangent, ce qu’ils recommandent ? Cela n’élimine pas pour autant le besoin de recherche. Mais cela représente une alternative dans de nombreux cas pour trouver de l'information.

Pourtant, les montagnes de données que Facebook obtient pourraient améliorer les résultats de recherche (sur Facebook) et potentiellement ceux du moteur Bing qui vient d’être intégré comme moteur de recherche officiel de Facebook en février dernier. Pour faire simple, si Facebook sait quels restaurants de sushi sont les plus « aimés » à New York, et connait ceux qui les ont aimés parmi mes amis, alors Facebook peut me montrer cette information dans mes résultats de recherche. Ainsi, cela rendrait la fonction de recherche de Facebook beaucoup plus sociale et deviendrait davantage un moteur de recommandations, donc beaucoup plus intéressant que Google à ce stade ».


Personne n’est pas en train de dire que Facebook est en passe de remplacer Google, mais cela entre directement dans les discussions récentes au sujet de la diversification des méthodes de recherche. La recherche devient plus diversifiée, ce qui signifie que les gens utilisent davantage d’applications pour trouver les informations qu’ils recherchent. Et Facebook joue évidemment un rôle considérable dans ce domaine. Il faut également observer que la part de marché de la recherche concernant Facebook est en hausse, et il va de soi que cette ascension se poursuivra à mesure que de plus en plus de données seront récoltées par Facebook dans le cadre de son Open Graph.

La recherche locale

En supposant que toutes les entreprises se précipitent pour obtenir un bouton de recommandation ou « j’aime » de la même manière qu’elles se précipitent pour s’inscrire dans le Local Business Center (renommé depuis quelques jours en Google Places), Facebook peut alors devenir un lieu privilégié pour trouver les meilleures endroits où se rendre quelque soit l’activité.

« Cela pourrait très bien ne rien produire, ou bien alors bâtir le plus efficace de tous les annuaires et moteurs de recherche locaux qui puisse exister. Les résultats seraient bien plus pertinents que ceux que Google peut produire aujourd’hui », explique Greg Sterling.

Tout cela et indubitablement tourné vers l’avenir, et nous ne savons pas encore ce que Facebook va faire. C’est très certainement quelque chose qu’il va falloir observer de près. Quoi qu’il en soit, les entreprises locales sont susceptibles d’attirer des fans de leur zone de chalandise avec davantage d’amis dans cette zone. Facebook est d’ores et déjà un puissant outil marketing pour les entreprises locales, et l’Open Graph va encore davantage les aider.

La réputation

Les dernières évolutions de Facebook ont leur lot d’implications pour le management de la réputation online ( reputation numerique ) d’une marque. Les nouveaux boutons sont potentiellement générateur d’une bonne réputation, mais tant qu’il n’y aura pas de bouton « je n’aime pas », un manque de « j’aime » ou de recommandations pourrait refléter la pauvreté de la marque, particulièrement lorsque sa concurrence, elle, remporte tous les suffrages.

D’un autre côté, vous devriez faire attention à ce que vous aimez et recommandez vous-même. Les libellés employés (« j’aime » ou « recommander ») peuvent être inappropriés, et pire encore, ce que vous pouvez aimer ou recommander peut vous dépeindre sous un angle non-professionnel. Selon ce que vous faites et l’image que vous tentez de montrer, cela peut ou non poser un problème, et pour ceux qui accordent une attention particulière sur la manière dont les autres les perçoivent, c’est indubitablement quelque chose qu’il faut garder à l’esprit en terme d’e-réputation.

Rédigé par Christophe Da Silva, le Mercredi 28 Avril 2010 et lu 8286 fois.

Notez



Thématique similaire

Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire