Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

Eyes of War : un film choc

Colin Farrell à l'affiche de Eyes of War


Kurdistan : un pays sans cesse en proie à la guerre. Les journalistes : des hommes sans cesse à l’affût d’un scoop, d’une photo qui fera la une, de la vérité. Ils ne reviennent jamais indemnes. Eyes of war : un film entre guerre, liberté de la presse et traumatisme.


Eyes of War : Quand la guerre et la presse se rencontrent !

Colin Farrell incarne Mark, un photographe de guerre
Colin Farrell incarne Mark, un photographe de guerre
Mark et David sont amis et photographes de guerre. Leur mission consiste à se rendre dans les pays dits « sensibles » et de ramener les images chocs qui sauront traduire les maux qui s’y trament. A la fois un métier et une façon de se sentir vivant, prendre des clichés dans les zones de guerre se révèle aussi une passion pour eux. Ils partent pour le Kurdistan où des rumeurs parlent d’une offensive proche.

La vie là-bas n’est pas facile. Les hôpitaux ne ressemblent en rien à des hôpitaux : tout juste des lits sous un abri. Le seul médecin du camp doit trier les blessés avant de pouvoir les soigner : un ticket jaune et ils les soignera, un ticket bleu : il ne sera pas en mesure de les sauver. Ils seront tués quelques minutes plus tard d’une balle dans la tête dans le but d’abréger leurs souffrances. David ne supporte plus de vivre dans cet environnement de danger, de douleur et de mort. Il souhaite écourter un maximum leur séjour dans le pays.

Mark souhaite rester car il a entendu parler de l’offensive qui approche et il tient à obtenir des clichés pour les rapporter en Irlande. David décide de rentrer et leur chemin se sépare alors. Quelques jours plus tard, Mark rentre à Dublin, blessé après être tombé dans une rivière et avoir échappé de peu à la mort. David n’est pas encore rentré. Mark n’est plus le même, il boîte suite à ses blessures et il regarde sans cesse ses clichés du Kurdistan. Sa femme, voyant son état empirer, décide de faire venir son oncle, spécialisé dans une forme de la psychologie, afin de l’aider à reprendre pied.

Les traumatismes de la guerre sont profonds

Mark et David au Kurdistan
Mark et David au Kurdistan
Les images du film sont parfois dures, elles touchent sans l’exagération habituelle que l’on retrouve dans la plupart des films. Les tickets jaunes et bleus, vivre ou mourir, sont un symbole fort qui suit le héros tout le long de l’histoire. Si vous cherchez un film avec un long scénario intense, Eyes of War n’est pas celui qu’il vous faut. Le scénario est simple et court mais son développement est important : le traumatisme de la guerre ne touchent pas que les soldats mais toutes les personnes qui s’y mêlent et les journalistes en font partis. Mark sera changé à jamais par son expérience au Kurdistan, il ne pourra plus se détacher des images qui hantent ses pensées.

Au-delà du traumatisme, le film aborde un autre sujet important : la liberté de la presse. Eyes of War ne remet pas en cause cette liberté mais l’exhibe parfois avec cruauté : Mark mitraille les blessés, les hommes portant un ticket bleu et même le médecin en train d’assassiner ses patients afin d’écourter leur calvaire. Le journaliste va même jusqu’au cœur de l’embuscade, photographiant la bataille, les cadavres et les visages des vainqueurs. Le droit à l’information est évidemment important et très bien développé dans le film mais une question se pose néanmoins devant les clichés : faut-il en arriver là ?
La presse se doit-elle de tout montrer ?
Mark en train de photographier les blessés dans l’hôpital de fortune au Kurdistan alors que le médecin examine ses patients est un instant où l’on s’interroge sur le bien-fondé de son action. Prendre des photos alors qu’il n’y a déjà pas assez de personnes ou de matériel pour sauver les vies qui sont à portée de lui ? Et pourtant, sans ces images, le reste de la planète ne serait pas capable de comprendre l’ampleur des événements et d’y réagir… Qu’est-ce qui peut pousser les protagonistes à pratiquer un tel métier ?

Colin Farrell dans la peau d’un journaliste torturé

Le médecin du camp abrège les souffrances des blessés
Le médecin du camp abrège les souffrances des blessés
Un film servi par un bon casting avec Colin Farrell qui se glisse dans le corps de Mark Walsh, le héros. Christopher Lee (Joaquin Morales), Paz Vega (Elena Morales) et Jamie Sives (David) se réunissent autour de Danis Tanovic pour donner une âme à l’histoire."C'est un formidable réalisateur qui a un vrai regard (...). Il a l'esprit très pratique, il sait ce qu'il veut mais il n'est ni rigide ni autoritaire. Il est extrêmement généreux (...) c'est formidable d'avoir un metteur en scène qui sache se servir de cette expérience avec autant d'intelligence et la mettre au service de son art", nous rapporte Kelley Reilly (Diane) en parlant de Danis Tanovic (Je t’aime… moi non plus, No man’s land…), le réalisateur.

Les paysages de l’Espagne et de l’Irlande viennent prendre place tout le long du film, accompagné par la musique poétique de Lucio Godoy. Le film ne fait pas beaucoup d’entrées pour le moment même si la fête du cinéma devrait lui permettre de gagner quelques spectateurs. Il sort pourtant du lot : il n’est ni vraiment un film de guerre, ni vraiment un film dramatique, il vient se placer entre les deux, dans une partie où se mêlent la réalité et la fiction. Car Eyes of War cherche à faire ressortir des traumatismes enfouis, des images et des vérités que la plupart de la population refuse de voir car parfois il est trop difficile de ressentir ce qu’il se passe à des kilomètres de son pays. On ressort bouleversé, plein d’émotions. Une réussite.

A lire également dans la même thématique :


Rédigé par Caroline Lutz, le Lundi 12 Juillet 2010 et lu 4524 fois.

Notez

Thèmatiques abordées et traitées dans cette publication : christopher lee, cinema, colin farrell, danis tanovic, drame, eyes of war, guerre, journaliste, kurdistan, paz vega, photographe



Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire