Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

ras le bol des pme, haro sur les banques

Les PME françaises sont en souffrance, seront-elles écoutées ?


La crise financière de 2008, créée par les banques et leurs jeux incertains sur des marchés instables, a touché de plein fouet l’économie française, les PME en première ligne. La France souffre aujourd’hui d’une défaillance de son tissu économique à cause des difficultés rencontrées par les PME. Et pourtant, le Conseil d’Analyse Economique tirait déjà la sonnette d’alarme en 2009.


Les PME : force vive délaissée de la France

Les PME indépendantes représentent le premier employeur de France et le premier moteur de valeur ajoutée. Ainsi, entre 1985 et 2000, elles auraient assuré à elles seules 85% des créations d’emplois. Dans le même temps, les entreprises de plus de 3000 salariés n’en créaient aucun. Au contraire même puisque les grands groupes seraient responsables de 286 000 destructions nettes d’emploi sur la même période. Ces chiffres émanent d’une institution qu’on peut difficilement taxer d’être un repaire de dangereux gauchistes hostiles aux grands groupes : il s’agit du Conseil d’Analyse Economique, CAE, dont le président a été conseiller économique auprès de nombreux grands groupes et de nombreuses banques. Cette analyse rejoint celle de l’OCDE puisque, selon cette organisation, les PME sont le cœur de tout tissu économique moderne. Entre 60% et 70% de la création nette d’emplois dans les pays de l’OCDE est assurée par elles. Elles sont aussi les acteurs principaux de la mise sur le marché de produits innovants. Ce sont d’ailleurs les PME qui, selon le CAE, représentent 56% de la Valeur Ajoutée marchande de la France. Pourtant, il a déjà dû tirer la sonnette d’alarme en 2009 pour prévenir le gouvernement de la souffrance des PME françaises et du risque qu’il pouvait y avoir à ne pas rapidement mettre en place des solutions pour les aider à passer cette période difficile. De fait, elles ont été les premières victimes de la crise financière qui a secoué le monde entier depuis 2007/2008.

Les PME face aux banques : un combat inégal

Aujourd’hui, en 2012, 30% des PME se voient refuser des crédits, pourtant vitaux pour elles. Toutes les PME se sont déjà retrouvées à avoir besoin d’un peu de trésorerie en fin de mois : retards de paiements des factures clients, paiements à 60 jours, voire 90 jours, non encore échus etc… Certaines arrivent à passer le cap et peuvent survivre ; d’autres n’y arrivent pas, et peuvent péricliter pour seulement 5000 ou 10 000 euros de manque. La question est de savoir si ces situations sont admissibles à l’heure où tous s’accordent à déplorer le manque de compétitivité de la France. Est-ce que le problème principal des PME ne viendrait pas tout simplement des banques ? C’est ce que semblent s’accorder à dire un grand nombre d’acteurs, les PME en tête bien sûr. Mais elles ne sont pas les seules : la CGPME, le CAE, certains sénateurs… et même les dirigeants de la BCE. Alors même, pour ne prendre que l’exemple français, que les 5 plus grandes banques ont dégagé des bénéfices record en 2010, 21 milliards d’euros en 2010 tout de même, et que la BCE, Banque Centrale Européenne, leur a largement ouvert les vannes avec des dizaines de milliards d’euros prêtés à 1%, ces dernières freinent des quatre pieds pour accorder des crédits aux PME ! Pendant ce temps-là, les marchés, eux, se réjouissent de ces afflux massifs de capitaux qui lui redonnent le moral. Pendant que les PME peinent à boucler les fins de mois, les traders, les gros actionnaires, les banques et les grands groupes, eux, s’attribuent des salaires mirobolants et dégagent des marges indécentes.

Face à des situations iniques, les PME sortent les crocs

Furieuses d'être laissées pour compte, saignées à blanc - il faut rappeler qu'en moyenne, en France, les PME sont en réalité imposées à 38% alors même que les grands groupes, eux, qui dégagent pourtant des milliards de bénéfices, le sont à 15% - les PME ont décidé de se battre pour leur survie, et qu'enfin on reconnaisse leur importance dans l'économie française. C'est donc par l'intermédiaire de la CGPME notamment qu'elles ont interpellé les politiques durant la campagne présidentielle. La CGPME, principal syndicat des PME, réclame ainsi des mesures fortes : transparence sur les encours de crédit aux TPE-PME et transparence également sur les résultats des banques liés exclusivement aux activités purement spéculatives. Selon le syndicat, ces mesures devraient conduire les banques à revenir à des comportements plus décents et à enfin accepter leur rôle : soutenir l’économie réelle. D’autant plus que c’est sur la base de cet argument que l’Etat français les avait renflouées aux tous débuts de la crise. Mais aussi, l’organisation syndicale réclame un rééquilibrage du taux d’imposition des entreprises françaises, une baisse des charges qui pèsent sur les PME et un développement plus important des aides existantes. Toutes ces propositions faisaient partie du programme de l’actuel nouveau président, François Hollande. Quinze jours maintenant que la passation est faite, le travail commence. Jean-Marc Ayrault a d’ores et déjà rencontré les partenaires sociaux afin de mettre en place le planning social des années à venir. Qu’il sache que les PME sont en embuscade, et qu’elles ne le rateront pas !

Pour en savoir plus sur le financement des PME, lire également sur le sujet


Rédigé par Aurélien Desert, le Mardi 29 Mai 2012 et lu 2182 fois.

Notez

Thèmatiques abordées et traitées dans cette publication : bce, cgpme, combat, crise economique, difficultes de financement, pme, probleme de financement, reformes


Vous avez apprécié cette publication ?
Partagez cet article avec vos amis & contacts,
Par  Email Email , Facebook Facebook , Tweeter Tweeter , et  les autres reseaux sociaux Plus ...
& Recevez les nouvelles publications ,
Par Mail :
  


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

La rédaction du magazine lEuroMag et le rédacteur web qui à rédigé cet article, vous invite à réagir à cet article en utilisant le module "commentaire" disponible ci-dessus. Les commentaires laissés par les internautes constituent un forum de discussion public, civique et civilisé qui a pour but d'enrichir la présente publication éditoriale. En tant que lecteur de notre magazine et internaute responsable, il est de votre devoir de nous signaler la présence de propos déplacés ou offensants dans les commentaires de nos articles en utilisant le formulaire de contact prévu à cet effet, disponible a cette adresse : http://www.leuromag.fr/contact-webmaster. Pour des raisons législatives, les informations de votre connexion internet (FAI, IP, Host, Email...) sont conservées pour une durée indéterminée et cela pour tout commentaire soumis.



Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire