Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

le tresor de la reliance

La Reliance, le navire aux milles trésors


La Reliance, navire anglais transportant des marchandises de l'Asie à l'Angleterre, est devenu un mythe. Avec ses cales remplies d'objets chinois, La Reliance attise les plus grands chasseurs de trésors.Trouverons-nous un jour le fameux trésor de la Reliance?


L'histoire de la Reliance

La mer renferme peut-être les plus grands trésors de la planète. Combien de navires se sont échoués dans des profondeurs abyssales ? Et pourtant la Reliance ne git pas en eaux très profondes. Il baigne dans 10 mètres d’eau en… Picardie.
La Reliance a été construite en 1825 pour rejoindre la puissante Armada de la Compagnie Anglaises des Indes Orientales. Après avoir parcouru les mers de nombreuses fois, la Reliance est vendue comme navire de commerce. Elle se destine à un avenir de transport de riches cargaisons entre l’Asie et l’Angleterre. Sa taille lui permet de transporter plus de 1500 tonneaux. Mais comme bon nombre de navires avant elle, la Reliance va périr tragiquement dans les mers.
Lorsque le destin frappe, ses cales sont remplies de thés, de porcelaines et de trésors chinois. Le 12 novembre 1842, les côtes françaises ont raison d’elle. Quelques minutes d’une violente tempête et un épais brouillard clôturent sept mois de navigation. Ne sachant plus de quel côté virer, le bateau s’échoue sur les côtes près du bourg du Touquet. Les villageois assistent, impuissants, aux scènes de noyade. Sur 120 personnes à bord, seulement 7 personnes survivront. La Reliance se disloque un peu plus à chaque puissante vague que la mer apporte. Les cargaisons s’enfouissent dans le sable sur des kilomètres donnant de la matière à l’imaginaire collectif friand d’histoires de trésors.

Les sauvetages de la Reliance

Le naufrage de la Reliance a été l’un des plus violents du 19e siècle. Matériels et vies humaines ont été emportés par la mer en quelques minutes. Après le naufrage, les habitants des villages alentours commencent à piller la carcasse du bateau. Les autorités tentent de reprendre les choses en main. Elles récupèrent 3 000 caisses de thés qui seront vendues aux enchères. 24 000 milles autres resteront au fond de l’eau. Les marchands de France, de Belgique et même de Hollande s’arrachent les quelques caisses restantes dans le but de revendre le thé au prix fort en le transformant en thé noir avec de la peinture au plomb. Des cas d’empoisonnement sont signalés un peu partout, transformant le naufrage de la Reliance en affaire nationale. Un trafic d’objet se met en place. On vend des contrefaçons en faisant croire qu’elles ont été récupérées in extremis dans le bateau sombrant.
Un banquier rachète les restes du navire dans le but de découvrir des trésors et de les revendre à prix d’or. En vain. Les tentatives de sauvetage échouent. L’ensablement est trop important et la Reliance est trop loin du rivage. Quelques décennies plus tard, une société se lance dans la recherche de richesses enfouies dans les restes du navire. Peu soucieuse de l’environnement, elle creuse à coups d’explosifs. A part des poissons morts, aucun trésor n’est trouvé. Pourtant d’après de nombreuses recherches menées par la France et l’Angleterre pendant 150 ans, il semblerait que la Reliance transportait pour 20 millions de francs de l’époque dans ses cales soit 75 millions d’euros.

Trouverons-nous un jour le trésor de la Reliance ?

Encore aujourd’hui, la Reliance occupe de nombreux chercheurs de trésors, impatients de rentrer dans l’histoire grâce à la découverte d’un tel navire. Seul problème, les lois sur la découverte d’un bateau sont encore très strictes. Il est obligatoire de déclarer une découverte historique aux autorités françaises. Les fouilles ne seront menées par la suite que par des archéologues ou des plongeurs agréés. Si une faible prime est accordée aux « découvreurs » d’épaves, elle est insuffisante pour motiver les particuliers, les entreprises ou les investisseurs à chercher la Reliance. De plus, les fonds à débloquer seraient trop importants. Les marées étant trop fortes dans cette région, un travail manuel de désensablement serait drastique, des travaux pour isoler l’épave colossaux.
En 1992, des recherches ont été menées par le français Pascal Kainic. Le descendant du banquier qui avait acheté l’épave refait surface à son tour. Il est peut-être aujourd’hui le seul propriétaire d’épave du 19e siècle. Si un jour la Reliance est ramenée à la vie, le propriétaire aura le droit de revendiquer son bien. Le 28 juin 1992, M. Kainic pense avoir retrouvé les restes du navire grâce aux récits des marins locaux, aux archives et à un magnétomètre à protons qui s’affole. Il retrouve un morceau de bois, qu’il espère être un débris de la Reliance. Après avoir signalé sa découverte à la Direction des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-marines (DRASSM), il devient l’inventeur de l’épave aux yeux de la loi. Mais les coûts de recherche sont trop élevés pour continuer. Le trésor de la Reliance reste un mythe encore aujourd'hui. Espérons qu'un jour un sauveteur, un investisseur ou même l’État décide de ramener la Reliance à la vie.

A lire dans la même thématique : la Reliance


, le Mercredi 31 Août 2011 et lu 12141 fois.

Notez

Thèmatiques abordées et traitées dans cette publication : bateau, la reliance, naufrage reliance, navire, reliance, tresor


Vous avez apprécié cette publication ?
Partagez cet article avec vos amis & contacts,
Par  Email Email , Facebook Facebook , Tweeter Tweeter , et  les autres reseaux sociaux Plus ...
& Recevez les nouvelles publications ,
Par Mail :
  


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

La rédaction du magazine lEuroMag et le rédacteur web qui à rédigé cet article, vous invite à réagir à cet article en utilisant le module "commentaire" disponible ci-dessus. Les commentaires laissés par les internautes constituent un forum de discussion public, civique et civilisé qui a pour but d'enrichir la présente publication éditoriale. En tant que lecteur de notre magazine et internaute responsable, il est de votre devoir de nous signaler la présence de propos déplacés ou offensants dans les commentaires de nos articles en utilisant le formulaire de contact prévu à cet effet, disponible a cette adresse : http://www.leuromag.fr/contact-webmaster. Pour des raisons législatives, les informations de votre connexion internet (FAI, IP, Host, Email...) sont conservées pour une durée indéterminée et cela pour tout commentaire soumis.



Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire