Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

la cuisine macrobiotique

La cuisine macrobiotique : que ton aliment soit ton médicament !


Nourrir son corps pour qu’il se développe librement : c’est ce que recherche la cuisine macrobiotique. Développée d’après une philosophie impliquant le Yin et le Yang, la cuisine macrobiotique fait le lien entre l’alimentation et la santé. Comment se mettre à la cuisine macrobiotique ?


Définition de la cuisine macrobiotique

On parle de cuisine macrobiotique, mais qu’est-ce que la macrobiotique ? La macrobiotique est une pensée philosophique qui utilise les concepts chinois de Yin et de Yang, deux forces qui cherchent à se réunifier. Appliquer cette pensée permettrait de résoudre les problèmes existentiels. La pratique de cette philosophie passe par l’alimentation. Déjà dans la Grèce antique, le terme « macrobiotique » désignait une méthode de santé et de longévité naturelle. Les bases de l’alimentation saine macrobiotique ont été théorisées par un médecin allemand en 1796. Mais c’est le japonais Georges Ohsawa qui a occidentalisé cette pensée pour en faire un enseignement. Toute sa vie, il a tenté de prouver les bienfaits de la macrobiotique sur l’être humain et l’humanité.
La cuisine macrobiotique s’inspire des régimes alimentaires pratiqués par les monastères japonais, notamment le régime Shojin, censé être bon pour le jugement. En théorie, l’aliment doit être adapté au besoin du corps humain. Évoluant en permanence, nos besoins sont nécessaires au développement aussi bien de notre corps que de notre esprit. La cuisine macrobiotique ne tolère pas les manques et les excès. Comme dans le concept de Yin et de Yang, il faut trouver le bon équilibre. La macrobiotique est une façon de vivre. Elle implique des changements radicaux dans notre manière de cuisiner et de manger. Appliquée correctement, la cuisine macrobiotique améliore grandement la santé physique et mentale. Dans son livre Le zen macrobiotique, Ohsawa propose 10 régimes équilibrés, adaptables à chaque cas particulier.

Les recommandations de la cuisine macrobiotique

Pour appliquer la cuisine macrobiotique au quotidien, il faut privilégier les aliments de qualité le moins transformés. Supprimer les aliments génétiquement modifiés, industriels. Les aliments adéquats sont pour la plupart d’origine asiatique, à base d’algues (Agar-Agar), de légumes (Azuki, Daikon), de riz, ou encore de soja (Tofu). La cuisine macrobiotique se base sur des aliments biologiques, sans additifs, artisanaux, complets et conservés naturellement. Chaque aliment a soit une fonction Yin (souple et douce), soit une fonction Yang (active). Un soigne les reins, l’autre la digestion encore un autre aide à éliminer les graisses. Les sauces soja par exemple fortifient le sang et tonifient le cœur. Il est préférable de cuir les aliments dans de la sauce soja. Le principe est de trouver un équilibre énergétique naturel.
Votre système digestif n’étant pas habitué à ce nouveau type d’alimentation qu'est la cuisine macrobiotique, il est préférable d’opérer une transition, pendant laquelle vous remplacerez progressivement votre régime alimentaire. Pour les protéines, remplacez les viandes par du poisson blanc ou des fruits de mer. Éliminez le sucre blanc et les confiseries, au profit du sucre de canne ou de palme; les produits laitiers au profit du tofu ou d’un lait de riz.
Une fois vos aliments choisis, il faut vous pencher sur la cuisson. En effet, dans la cuisine macrobiotique, la manière de cuisiner les aliments est aussi très importante. La cuisson par vapeur est la plus équilibrée. Il faut savoir que le Yin est froid, faible alors le Yang est chaud et dur. Il faut donc par exemple alterner type de cuisson Yin avec un aliment Yang et vice versa. L’ébouillantage (Yin) est approprié pour les aliments très Yang, le gril sur braise (Yang) pour les aliments très Yin. Entre ses deux extrêmes, une palette de cuisson s’offre à vous : la friture, le rôti, la cocotte-minute, etc. Évitez le four à micro-onde.

Cuisine macrobiotique : composer son menu

Pour vous aider dans votre démarche vers une alimentation plus saine et dans votre conquête de la cuisine macrobiotique, voici quelques plats à refaire chez vous, à adapter et pourquoi pas à utiliser dans votre propre menu.
Cuisine macrobiotique, la soupe aux lentilles : Dans une casserole, cuire ½ tasse de lentilles vertes du Puy dans de l’eau froide. Laisser mijoter pendant 5 mn puis laisser cuire à feu doux pendant 45 mn. Dans une autre casserole, mettre 1 l. d’eau froide, 4 champignons shitake et quelques algues kombu. Laisser cuire entre 1h à 2h. Enlever l’algue et les champignons. Couper les pieds des shitake et ciseler les en fines lamelles avant de les remettre dans le bouillon. Une fois le temps nécessaire écoulé, ajouter les lentilles, le maïs et les carottes pendant 5 à 10 mn. Diluer 2 cuillères à soupe de miso dans un bol avec un peu de soupe puis incorporer le miso au bouillon. Ajouter des lamelles de poireaux et laisser frémir pendant 4-5 mn. Arrêter la cuisson et ajouter du jus de gingembre.
Cuisine macrobiotique, le ragoût de rutabaga aux olives : Ciseler 1 oignon, éplucher 1 rutabaga puis couper le, avec 1 céleri. Faire dorer l’oignon dans de l’huile suivi du rutabaga, du céleri et de quelques olives noires préalablement dénoyautées. Noyer avec de l’eau à mi-hauteur et assaisonner avec du thym et du sel. Cuire jusqu’à l’eau ai été absorbée et que les légumes soient tendres.
Cuisine macrobiotique, le potimarron farci : Couper et égrainer 1 potimarron, saler. Nettoyer les cèpes et les cuire 25 mn. dans une eau salée. Saupoudrer de parmesan. Précuire 30 mn le potimarron. Ciseler 4 échalotes, et une branche de céleri. Les faire revenir avec des champignons dans de l’huile pendant 10 mn. Remplir le potimarron de la farce obtenue et passer au four entre 1h et 1h30.
Cuisine macrobiotique, le gâteaux de couscous aux framboises : Faire dissoudre 2 cuillères à soupe d’agar-agar avec un litre de jus de pomme. Verser 2 tasses de couscous, 1 cuillère de malt de riz, de l’extrait de vanille dans le liquide. Remuer jusqu’à absorption. Placer délicatement les framboises dans la mixture et verser dans un moule à cake. Laisser poser au frigo et déguster le lendemain.
Voilà, vous êtes prêts à vous lancer dans la cuisine macrobiotique. L'essentiel est d'être motivé et d'y croire.

A lire également sur la cuisine macrobiotique


, le Mercredi 31 Août 2011 et lu 14928 fois.

Notez

Thèmatiques abordées et traitées dans cette publication : cuisine macrobiotique, macrobiotique, regime, regime alimentaire, yang, yin, yin yang



Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire