Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

l'écologie politique en marche

Les politiques environnementales : bilan et perspectives


« L’environnement ça commence à bien faire ». Avec cette petite phrase toute simple, l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, mettait fin à une période d’euphorie qui faisait suite aux deux Grenelles de l’environnement. Le nouveau gouvernement a, quant à lui, intégré deux ministres issus d’EELV et l’Assemblée Nationale compte un groupe vert bien installé. L’environnement a-t-il donc à nouveau de l’avenir ?


Où en est le développement durable ?

Peu après l’élection présidentielle de 2007, le Grenelle de l’environnement a été lancé qui devait mettre en place les grandes lignes de la politique environnementale du premier gouvernement Sarkozy. L’objectif : créer un dialogue entre les différents acteurs liés au développement durable : associations, entreprises, ONG… A l’issu du Grenelle de l’environnement, 3 lois « Grenelles » ont été votées. Engagements en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, aides aux secteurs développement durable, renforcement des éco-organismes pour le traitement des déchets et le recyclage, soutien aux filières des énergies renouvelables comme l’éolien, le solaire ou la biomasse… Malheureusement, malgré de multiples engagements, de nombreuses entorses ont été faites au nom des « cas particuliers » : autoroutes, aéroports, et diverses constructions anti-écologiques validées par le ministère de l’environnement ; amendements de certaines lois concernant les pesticides pour satisfaire les agriculteurs ; soutien polémique aux biodiesel ; baisse des aides aux installations de centrales d’énergies renouvelables ; absence de soutien, en amont, de la filière industrielle française… Après les grands espoirs et les grandes idées, la déception. Le coût économique, et électoral, de certaines mesures a été mal évalué et les pouvoirs publics ont fait machine arrière rapidement. Néanmoins, les lois « Grenelles » ont eu le gros avantage de mettre enfin en lumière la nécessité d’une prise de position politique sur les questions environnementales et ont amené le peuple à mieux comprendre les nécessaires changements que l’avenir exige.

Les énergies renouvelables : le solaire en souffrance

Pendant 4 ans les particuliers et les entrepreneurs ont pu s’en donner à cœur joie et installer de nombreuses centrales solaires. De fait, dans l’euphorie de l’après Grenelle, le gouvernement a mis en place de nombreuses aides spécifiques destinées à soutenir l’installation de centrales éoliennes ou solaires. A un moment, s’équiper en panneaux photovoltaïques pouvait donner droit à un crédit d’impôt allant jusqu’à 50% du montant du matériel. Dans le même temps, EDF a été mis dans l’obligation de racheter l’électricité produite par les installations raccordées au réseau. L’objectif ? Augmenter par ce biais la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique français. Mais, face à l’engouement généré par ces subventions publiques, les ministères concernés, finances et développement durable, ont pris peur en voyant la facture augmenter de manière exponentielle. Des centaines de milliers de Français se sont jetés sur l’occasion pour s’équiper à moindre coût, et même générer du bénéfice. En effet, au début, les tarifs de rachat de l’électricité étaient très élevés. Ces mesures incitatives ont été particulièrement efficaces… au grand dam des finances publiques. C’est alors que le gouvernement a fait machine arrière et a réduit petit à petit les subventions, jusqu’à les supprimer. De la même manière, le tarif de rachat de l’électricité diminue régulièrement. Les conséquences n’ont pas tardé à se faire sentir : les demandes ont vite baissé et, surtout, les acheteurs se sont tournés vers des offres low-cost importées, du Japon ou de Chine en particulier. C’est ainsi que le pionnier du solaire français a fini par déposer le bilan cette année, en 2012, relançant ainsi le débat sur les politiques environnementales.

Les engagements environnementaux du nouveau gouvernement

Avec le dépôt de bilan de la seule entreprise française fabriquant des panneaux solaires, en février 2012, l’écologie est revenue en force dans la campagne, en particulier les problématiques liées au photovoltaïque. Ca a été l’occasion pour les différents candidats d’évoquer leurs engagements en matière de développement durable. François Hollande en particulier, sous la pression de France Nature Environnement (FNE), un regroupement de 3000 associations française, a donc fait la liste de ses projets écologiques. Son principal cheval de bataille : la réduction de 75% à 50% du nucléaire dans le mix énergétique national. Pour ce faire, il envisage d’une part la fermeture progressive, d’ici 2025, de plusieurs centrales nucléaires, celle de Fessenheim en premier lieu, dont le démantèlement est prévu pour 2017. Mais aussi par un soutien lourd à la filière photovoltaïque. Relance des aides à l’installation de panneaux solaires, création d’un fonds stratégique d’investissement destiné à soutenir les énergies renouvelables et surtout, comme le rappelle Nicole Bricq, ministre de l’environnement, lors d'un entretien au journal le Monde le développement, en amont, d’une véritable filière industrielle forte à même de proposer des produits innovants et compétitifs autant sur le territoire national qu’à l’exportation. Vaste défi et les acteurs sont en droit de se demander si ce dynamisme survivra à la période électorale. Mais Jean-Louis Bal, président d’un Syndicat des Energies renouvelables s’avoue confiant et motivé, suite à un entretien avec la nouvelle ministre. On n’avait pas l’habitude de le voir féliciter un membre des pouvoirs publics. Faut-il y voir un espoir ?

Ecologie, pour en savoir plus


, le Mercredi 20 Juin 2012 et lu 2974 fois.

Notez



Vous avez apprécié cette publication ?
Partagez cet article avec vos amis & contacts,
Par  Email Email , Facebook Facebook , Tweeter Tweeter , et  les autres reseaux sociaux Plus ...
& Recevez les nouvelles publications ,
Par Mail :
  


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

La rédaction du magazine lEuroMag et le rédacteur web qui à rédigé cet article, vous invite à réagir à cet article en utilisant le module "commentaire" disponible ci-dessus. Les commentaires laissés par les internautes constituent un forum de discussion public, civique et civilisé qui a pour but d'enrichir la présente publication éditoriale. En tant que lecteur de notre magazine et internaute responsable, il est de votre devoir de nous signaler la présence de propos déplacés ou offensants dans les commentaires de nos articles en utilisant le formulaire de contact prévu à cet effet, disponible a cette adresse : http://www.leuromag.fr/contact-webmaster. Pour des raisons législatives, les informations de votre connexion internet (FAI, IP, Host, Email...) sont conservées pour une durée indéterminée et cela pour tout commentaire soumis.



Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire