Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

Photographie : Le Paris rêvé d’Izis


Après avoir rendu hommage à Doisneau et Willy Ronis, la Ville de Paris revient sur l’œuvre mal connue du photographe Izis, en exposant 250 de ses photographies à partir du 20 janvier au 29 mai 2010, dans la salle St Jean de l’Hôtel de Ville. Un rendez-vous à ne pas manquer pour les amoureux de Paris !


En temps de guerre

Catalogue de l'exposition
Catalogue de l'exposition
Le photographe français Izis (1911-1980), de son vrai nom Israëlis Bidermanas, est né en Lituanie et émigre en 1930 à Paris pour échapper aux persécutions contre les juifs. Après avoir été gérant du studio de photographie Rabkine, rue Nationale, dans le 13ème arrondissement de Paris, il est contraint de fuir en zone libre aux environs de Limoges, avec sa femme et son fils Manuel né en 1938, où il est malgré tout arrêté et torturé avant d’être libéré par les hommes de la résistance. De cet épisode, il conservera son pseudo : Izis.

A la libération, il s’engage dans les FFI et commence une série de portraits des résistants, à peine sortis de l’ombre, sur fond blanc, qui marquera toute sa production artistique. Il dira lui-même : « Je crois effectivement que l'esprit m'est tombé du ciel avec ces portraits de maquisards de Limoges. La vision de la peinture m'a certainement beaucoup aidé » (voir l’ouvrage « Artiste et métèque à Paris », de L. Bloch-Morhange et D. Alper, aux éd. Buchet-Chastel, 1980). Ces portraits, datant de 1944, ont fait l’objet d’une exposition à Limoges, appelée « Ceux de Grammont », et que l'on peut admirer aujourd'hui grâce aux nouveaux tirages présentés dans cette exposition.

La vie parisienne

Prévert, 1949 - Photo Izis
Prévert, 1949 - Photo Izis
De retour à Paris, Izis décide de continuer sa série de portraits, mais en prenant comme objet les artistes et écrivains de Paris, auxquels il demandait un texte en échange de la prise de vue. De cette formule est né notamment l’ouvrage qui a donné son nom à exposition rétrospective, publié en 1950 et préfacé par Jean Cocteau. Il rencontre et photographie ainsi Eluard, Brassaï, Aragon, Breton, Audiberti, Colette, Camus, Miller, Paulhan, etc. Commencent, à cette époque, les rêveries parisiennes, aux cotés de Jacques Prévert, notamment.

Les années 1950 sont les années du succès : ses clichés de Paris sont repérés par le nouveau propriétaire de l’hebdomadaire « Paris Match », Jean Prouvost, pour lequel il travaille en freelance puis est rapidement embauché et y restera 20 ans. Il acquiert dans ce journal la réputation du photographe de l’« anti-événement », ce qui lui donne un statut très particulier au sein du magazine. Envoyé en Angleterre pour couvrir le couronnement de la Reine à Londres, il reviendra à Paris sans n’avoir pris aucun cliché de la Reine ! Il préfère prendre en photo l'effigie de la Reine en vitrine d'une boutique et entourée d'un parterre de volailles ...

En 1951, Izis est l’un des « Five French Photographers », exposés au MoMA de New York, avec Brassaï, Doisneau, Ronis et Cartier-Bresson. Son travail s’inscrit alors dans le courant humaniste du « réalisme poétique ». Malgré cette proximité avec des grands noms de la photographie du XXème siècle, son œuvre reste aujourd’hui peu connue du grand public.

Paris rend hommage à l’un de ses poètes

Sur les quais de Seine - Photo Izis
Sur les quais de Seine - Photo Izis
L’exposition « Paris des rêves » revient sur l’ensemble de l’œuvre de ce photographe-poète, disparu en 1980, et cherche à remédier à l’oubli dans lequel est tombé cette œuvre, cette « mise au purgatoire injuste » disait Ronis, en affichant 250 de ses clichés. L’exposition, centrée sur l'expérience parisienne du photographe, revient néanmoins sur les reportages qu'il a réalisés pour Paris Match à Londres et en Israël.

Cette rétrospective a été conçue par Armelle Canitrot et le propre fils d’Izis, Manuel Bidermanas, qui rappelle, malgré la légèreté et la douceur de ses clichés que « Izis était un homme angoissé, hanté par son passé. Il avait connu la misère en Lituanie, était venu en France sans le sou, avait été exploité comme travailleur clandestin ». Derrière les courbes des promeneuses sur les quais de Seine, se cache aussi « ce côté inquiet de celui qui cherche toujours à s’évader du tragique par le rêve ».

Parvis de Beaubourg, 1977 - Photo Izis
Parvis de Beaubourg, 1977 - Photo Izis
Du 20 janvier au 29 mai 2010, Salle Saint-Jean de l’Hôtel de ville au 5, rue Lobau 75004 Paris.
Entrée libre et gratuite de 10h à 19h, tous les jours sauf dimanche et fêtes

A lire dans la même thématique


Rédigé par Charlotte TRILLAUD, le Jeudi 28 Janvier 2010 et lu 4941 fois.

Notez

Thèmatiques abordées et traitées dans cette publication : doisneau, exposition, israelis bidermanas, izis, paris, paris match, photographie, poete, retrospective, reve, ronis



Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire