Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

Le téléchargement sous haute surveillance



Le téléchargement sous haute surveillance
Les adeptes des échanges de fichiers seront identifiés par un système automatisé de lutte contre le piratage. SI VOUS téléchargez occasionnellement de la musique ou des vidéos sur des services comme eMule, eDonkey ou BitTorrent, méfiance ! Des logiciels spéciaux peuvent suivre votre activité en ligne et remonter facilement jusqu'à votre ordinateur pour vous identifier. Comme le système automatisé de lutte contre le piratage, imaginé par les sociétés de production et de droits d'auteur. D'abord proscrit par la Cnil, il a été autorisé la semaine dernière par le Conseil d'État.

Le téléchargement sous haute surveillance
Ce système, qui permet de repérer et de sermonner les adeptes des échanges de fichiers illégaux, avait déjà été proposé en 2005. Pour ses instigateurs, il s'inscrivait dans une politique de « riposte graduée », visant à avertir, par message électronique, les internautes indélicats avant de déclencher une procédure judiciaire en cas de récidive. Rappelons que la loi prévoit jusqu'à trois ans de prison et 300 000 eur d'amende pour les internautes effectuant des téléchargements illégaux. La Cnil avait alors rejeté le projet, redoutant une collecte massive de données personnelles. Alors qu'elle autorisait dans le même temps un procédé identique pour surveiller les téléchargements de jeux vidéo.

Le téléchargement sous haute surveillance
La Sacem et les industriels du disque ont alors déposé un recours devant le Conseil d'État, qui a finalement tranché en désavouant l'avis de la Cnil. Loin de concerner tous les internautes et tous les titres de musique en ligne, comme le pressentait la Cnil, le traitement automatisé de lutte contre le piratage « ne porte simultanément que sur quelques-uns des protocoles peer-to-peer », et ne surveillera que 10 000 titres, observe le Conseil d'État. Reste la question du contact direct avec les internautes : comme la Cnil, le Conseil d'État émet des réserves, mais sans pour autant considérer que cet aspect du projet suffise à l'interdire. Les représentants de l'industrie musicale peuvent donc surveiller les internautes qui partagent des fichiers correspondant à une liste précise. Au-delà d'un certain nombre de fichiers mis à disposition, ils recevront alors un message d'alerte.

Le téléchargement sous haute surveillance
Mis en place à la rentrée !
La SCPP (Société civile des producteurs phonographiques) et la SPPF (Société civile des producteurs de phonogrammes en France) se réjouissent de cette décision tout en regrettant qu'elle intervienne si tard, alors que d'autres États européens ont mis en place des procédés équivalents. L'absence de mesures adaptées contre le piratage expliquerait en partie, selon elles, « le retard considérable dans le développement du marché légal de la musique en ligne sur notre territoire ». De son côté, la Cnil maintient que son objectif est de « garantir un juste équilibre entre la protection des droits d'auteur et la vie privée des internautes ». Elle doit maintenant rencontrer les sociétés d'auteurs et les fournisseurs d'accès à Internet pour discuter des modalités d'application du système, qui ne devrait pas être mis en place avant la rentrée.

A lire dans la même thématique


Rédigé par Kathleen Dufour, le Lundi 11 Juin 2007 et lu 5663 fois.

Notez

Thèmatiques abordées et traitées dans cette publication : bitorrent, cnil, echanges fichiers, edonkey, emule, kazaa, napster, p2p, peer to peer, piratage, sacem, scpp, sppf, telechargement



Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire