Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

Le cotonnier : une culture boudeuse


L’évolution du goût des consommateurs européens et la décolonisation ont mis un terme à l’aventure du tabac Maryland. Dès 1958, la mission des tabacs fit savoir aux planteurs que la variété Maryland ne l’intéressait plus. Ces tabacs ne correspondent plus au goût de la clientèle et qu’il y avait lieu de se tourner vers la culture d’autres variétés plus recherchées et aussi plus faciles à écouler sur les marchés mondiaux.


Le cotonnier : une culture boudeuse
Appartenant à la famille des malvacées, du genre Gossypium, on cultive le cotonnier pour ses graines et les poils de ces graines ou « soies ». Les courtes et les moyennes soies servent à fabriquer des tissus, les longues soies servent à confectionner le coton mercerisé, le coton à broder, l’entoilage des pneus, le coton hydrophile, l’ouate et de coton iodé.

Les graines sont oléagineuses et fournissent une huile alimentaire. Les coques servent de combustibles et peuvent servir à la fabrication de charbon, décolorant et pâte à papier. Les duvets (ensemble de poils courts à la surface des graines des cotonniers) servent à la fabrication de vernis, d’explosif, feutres et rembourrages. Dans le commerce, on utilise les fibres par leur longueur, résistance, finesse, leur degré de maturité et leur colorant.


Ses exigences pédologiques sont assez comparables à celles du tabac. Comme celui-ci il est très sensible à l’engorgement du sol par la nappe phréatique il réussit particulièrement bien et accepte certains sols plus sableux pourvu que son alimentation en eau soit assuré, sur ces sols plus perméables dans lesquels la descente de la nappe est rapide.

Pour une culture réussie du cotonnier, le coton a besoin de chaleur, lors de la germination : 20°C. Au cours de la végétation les températures ne devront être au dessus de 40°C. Le cotonnier est surtout une plante des pays chauds, il demande 600 à 800 mm d’eau, cette demande est plus importante au début de sa croissance. Dès que les capsules arrivent à maturité, la sécheresse doit être parfaite que possible. Il faut des régions ensoleillées. Le cotonnier demande des sols homogènes, profonds et perméables. Les terres calcaires ne conviennent pas.

Ce qui est à noter c’est que le coton est à cycle végétatif long, exige un traitement phytosanitaire très strict, et que la production dépend non seulement des aménagements hydrologiques rationnels.


Mots clé : coton, cotonnier, culture, cotonniers, oleagineuse, oleagineuses, coton hydrophile, ouate, pneu, pneus, malvacee, malvacees, gossypium, soie, soies, tabac, pays chauds, duvet, duvets, vernis, feutre, feutres, nappe phreatique, vegetation, vegetation

Rédigé par Fabienne Rafidiharinirina, le Mercredi 7 Mai 2008 et lu 5703 fois.

Notez




Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire