Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

Infirmières : un métier d'avenir ?


La réalité du terrain n'est pas en adéquation avec la formation. Au cours de mon parcours professionnel, en tout début de carrière, j'ai du m'occuper d'un patient en fin de vie. Cet exemple illustre parfaitement le manque de ce connaissances en communication.


PHILOSOPHIE DE SOINS

Infirmières : un métier d'avenir ?
Ma propre expérience : Cette philosophie de soins est avant tout basée sur l'humain. La compassion, l'empathie, la résilience, les approches de la médecine par la PNL, l'analyse transactionnelle, l'analyse comportementale, les tests divers et variés pour «détecter » soit un Alzheimer, soit quelqu'un de dépressif, ou victime du syndrome de glissement et toutes les médecines parallèles ont leurs intérêts. Mais cela créer des cadres trop restrictifs pour l'humain. Et tout le monde ne peut en profiter. De plus, je ne pense pas que cela puisse s'adapter à tous les cas que nous rencontrons.
Il y a d'abord nous, professionnels de santé qui connaissons un certain savoir. Mais ce savoir est mis en pratique, avec certaines difficultés au début de la carrière quand le cadre rassurant des études n'est plus là.
Parce-que il y a de multiples raisons qui nous font intégrer ces professions, comme la tradition familiale, ou une réelle envie d'aider l'autre, en s'aidant d'abord soi-même, pour mieux se connaître et devenir un être humain à part entière dans toutes les dimensions de la vie. Mais la course imposée à une médecine qui rentre en randomisation, perturbe tous les soignants. A force d'entendre parler de dossier à remplir, de flux-tendus dans les différents domaines d'exercice, fait que par exemple, le mot infirmier, veut dire à l'origine, enfermer. Infirmis = infirmier = enfermer. C'est un héritage médiéval. On cachait les malades; Je pense au livre la nef des fous, les centres crées pour les lépreux....
Enfermer l'humain dans un cadre de malade non approprié, le détruit.
Et nous les soignants, nous nous retrouvons à la définition d'infirmier, en latin, enfermés.
La réalité du terrain n'est pas en adéquation avec la formation.
Trop de formatage, de protocoles appris par cœur, nous font oublier toute la philosophie que nous devons mettre dans nos compétences. Une philosophie de soins peut évoluer plus vite qu'un protocole. Ma propre philosophie est basée que quand je rencontre un patient pour la première fois, je vais d'abord le voir comme un être humain.
Cela me rappelle, mon premier contact avec un patient dit alzheimer. Je ne pouvais le laver.
C'était en libéral. Cette maladie était peu connue. J'ai chercher une accroche pour l'approcher. En parlant avec sa femme, elle m'a dit qu'il adorait se baigner dans la mer, prendre des douches, des bains. Alors pourquoi, refusait-il de rentrer dans une salle de bain? Il n'avait pas peur de l'eau, mais pour lui, salle de bain signifiait qu'il ne pourrait plus jamais être un grand nageur, comme avant. Alors avec l'accord de sa femme, je suis allée avec lui me doucher dans la salle de bain. Je m'étais habiller en leggins et teeshirts, et quand il a vu ce que j'étais en train de me doucher, il est venu spontanément. Voilà ma philosophie de soins. Remettre sans cesse ma pratique en cause, pour trouver l'accroche. Et c'est valable pour toutes les pathologies et ça ne demande pas beaucoup de temps sur le terrain, mais de la réflexion. Qui je suis par rapport à lui, quels sont mes objectifs et surtout les siens. Comment les mettre en adéquation, pour qu'il devienne acteur? J'arrive à créer un lien où l'autre se reconnait comme personne et simplement, par mon regard, mon approche, j'en fait un partenaire de soins. Je vous laisse sur cette histoire. Cordialement Grenda

ERREURS EN COMMUNICATION

Au cours de mon parcours professionnel, en tout début de carrière, j'ai du m'occuper d'un patient en fin de vie. Cet exemple illustre parfaitement le manque de ce connaissances en communication. Ce patient, souffrait énormément, plus torturé par sa vie passée, que par la souffrance infligée par sa maladie. La souffrance physique, je savais en partenariat avec les médecins et l'équipe, la soulager. Mais qu'en est-il de la souffrance psychique? Cet homme qui agonisait sur son lit, et où je passais beaucoup de temps pour assurer une présence, s'est agité, et à réclamer quelque chose que je n'ai pas compris. J'avais beau lui demander ce qu'il désirait, la même réponse que mon esprit, mes oreilles entendaient, « était du poivre ». Comment un patient en fin de vie, peut-il demander du poivre?
9a me paraissait aberrant. Je n'ai pu accéder à sa demande, et il s'est éteint. Cette expérience, le sentiment de ne pas avoir fait pour lui, ce qu'il me demandait, a été une souffrance pour moi.
Je n'ai compris que 2 ans après, en participant en Suisse, à une table ronde qui avait été crée pour permettre aux professionnels de s'exprimer. Un peu comme un débriefing post traumatique. Il y avait un pasteur, un prêtre, un psychiatre qui géraient cette cellule de crise comme on dirait aujourd'hui.
Je n'étais pas en paix avec moi même, car trop confrontée à la mort, et surtout ce patient me hantait.
J'ai compris à la première séance, ce que ce patient avait réclamé: un PRETRE et non du POIVRE.
J'ai pu ensuite , mieux appréhender la fin de vie et la mort, car ce sont des métiers exposés. Je voulais surtout savoir où j'en étais , moi en tant qu'individu, humain, et professionnelle de santé, avec la mort. Je savais par expérience, que très tôt, un patient sait avec la présence de qui, il souhaite quitter ce monde. C'était emphatique, chez moi, et ça ne m'a jamais fait peur.
Mais, avec ces séances, je pouvais mettre des mots sur ce que je ressentais. Et c'était important.
Et j'étais à même de mieux aider les patients en fin de vie. Croyez moi ou pas, « le futur défunt choisit avec qui il veut partir ». parce qu'ils savaient que je ne les empêcherais pas de partir et que surtout, j'avais cette capacité à expliquer à sa famille, l'importance de le laisser partir. Tant de familles s'opposent à « lâcher » leur partenaire, conjoint, père, grand-père, enfants, qu'il faut les amener dans un processus de travail de deuil, un peu avant l'heure, ce qui leur permets de mieux gérer l'absence de l'autre. Il faut donner à la famille la possibilité, en toute sérénité relative, de dire à la personne la plus chère à leur cœur, « tu peux partir si tu le souhaite ».
C'est nécessaire et quand il n'y a pas de famille, ou une famille trop complexe dans son fonctionnement, et qui ne me regarde pas, c'est à l'infirmière qu'il incombe de donner cette « autorisation ».
Personne n'apprends cette notion à l'école, puisque la mort est occultée. J'ai fait un stage, en tant que bénévole dans le premier centre de soins palliatifs ouvert en Europe, à Genève. J'y ais passé un mois, et par rapport à tous les services dans lesquels j'ai travaillé, ce sont des services très GAIS et REMPLI de VIE. Le sens est donné à ce dernier parcours, pour que la personne accepte à son propre rythme, devant un diagnostic qui annonce la mort, de passer les phases de déni, de révolte, d'acceptation de l'inéluctable, puis de mettre en ordre ses pensées, et de dire au revoir à la vie. C'est l'apaisement et dans cette phase, les gens peuvent retourner chez eux, avant la phase finale. Il y a comme un regain de vie qui leur donnent une dernière fois, l'occasion de renouer et de clore sa vie.
C'est aussi de la communication, à un niveau différent, difficile à atteindre.
Pour ma part, c'est ce choix que faisait ces patients qui m'a obligée à mieux comprendre et communiquer avec eux, dans cette dernière phase OU LA VIE EST ENCORE LA !!

Rédigé par daruta1964@orange.fr, le Mercredi 26 Août 2009 et lu 4662 fois.

Notez

Thèmatiques abordées et traitées dans cette publication : alzheimer, infirmier, infirmiere, infirmieres, infirmières, malade, medecin, médecin, médecines, patient


Vous avez apprécié cette publication ?
Partagez cet article avec vos amis & contacts,
Par  Email Email , Facebook Facebook , Tweeter Tweeter , et  les autres reseaux sociaux Plus ...
& Recevez les nouvelles publications ,
Par Mail :
  


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

La rédaction du magazine lEuroMag et le rédacteur web qui à rédigé cet article, vous invite à réagir à cet article en utilisant le module "commentaire" disponible ci-dessus. Les commentaires laissés par les internautes constituent un forum de discussion public, civique et civilisé qui a pour but d'enrichir la présente publication éditoriale. En tant que lecteur de notre magazine et internaute responsable, il est de votre devoir de nous signaler la présence de propos déplacés ou offensants dans les commentaires de nos articles en utilisant le formulaire de contact prévu à cet effet, disponible a cette adresse : http://www.leuromag.fr/contact-webmaster. Pour des raisons législatives, les informations de votre connexion internet (FAI, IP, Host, Email...) sont conservées pour une durée indéterminée et cela pour tout commentaire soumis.



Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire