Partager cet article avec vos amis et contacts via les reseaux sociaux

Google Chine des résultats enfin non censurés


Depuis son départ de Chine et la redirection de la version chinoise du moteur vers ses serveurs de Hong Kong, Google présente maintenant des résultats non censurés sur des termes politiquement sensibles. Mais le gouvernement chinois entend bien mettre un terme à cela ...


Les recherches sur "Tianamen", "Falun Gong" et "corruption" ont été 10 fois supérieures mardi dernier, le jour où Google a commencé d'offrir des résultats non censurés pour sa version chinoise.

Mais les recherches pour les requêtes censurées sur la version de Hong Kong ont rapidement chuté dans les jours qui suivirent en partie parce que les Chinois ne se sont pas rués dans des recherches politiquement délicates mais aussi parce que les pages nouvelles révélées par Google restent pour la plupart bloquées en Chine.

Dans des tests menés durant le weekend dans plusieurs ville chinoises, les utilisateurs ayant cherché "Tiananmen" ou le nom des divers leaders du gouvernement chinois ont été mystérieusement inaccessibles durant quelques minutes. Le moteur de recherche le plus utilisé, Baidu, qui continue de censurer ses résultats, est resté lui aussi inaccessible, quelque soit les recherches effectuées.

"J'ai entendu dire que Google avait quitté la Chine. Mais je m'en moque. Pourquoi devrais-je m'en préoccuper ? Je suis très bien avec Baidu", a déclaré Xiong Huan, 27 ans, un ingénieur logiciel de Shenyang. "Et pour l'instant, il n'y a pas beaucoup de changement sur Google non plus, tant que vous ne recherchez pas des informations sensibles".

Néanmoins, un grand nombre de personnes ont profité du service nouvellement "non filtré" de Google dès le premier jour de son exploitation. Il y a eu environ 2,5 millions de recherches pour les phrases contenant "Tiananmen" et environ 4,7 millions de recherche pour le groupe religieux internet "Falun Gong", selon les estimations basées sur les données de Google Trends et l'outil Google Keyword Tool Box.

Mais ces chiffres sont infimes comparés aux 400 millions d'internautes chinois, et l'activité de recherche est rapidement revenue à un niveau moyen au cours des jours qui ont suivi.

Les recherches "Google" en anglais et en chinois ont été beaucoup plus populaires, cumulant plus de 20 millions de recherches le mardi, ce qui suggère que les utilisateurs de Google étaient beaucoup plus préoccupés par leur accès continu aux services de recherche Google que sur leur capacité à trouver des informations politiquement sensibles.

Pendant ce temps, le gouvernement chinois a entamé une campagne concertée visant à éliminer les sentiments pro-Google sur Internet.

Les commentaires sur les réseaux sociaux qui sont en faveur de Google "seront supprimés dans la seconde", explique Oiwan Lam, 38 ans, journaliste indépendant et chercheur, spécialisé dans les médias chinois indépendants.

Le China Digital Times a rapporté que le Conseil d'Etat chinois du Bureau de l'Information avait ordonné à tous les sites d'actualités de "gérer avec soin les échanges d'informations, les commentaires et autres sessions interactives" et de "nettoyer le texte, les images, le son et les vidéos qui montrent des fleurs en soutien à Google, demandent à Google de rester, et tout ce qui montre une différence avec la politique du gouvernement chinois".

Le Chine ordonne systématiquement la couverture des actualités sur les sujets délicats, mais les restrictions relatives à Google sont particulièrement sévères.

Javen Yang, 27 ans, webmaster d'un site de voyages, a dit que le personnel du site a été sommé, vendredi, de supprimer tous les commentaires relatifs à Google. "On nous a dit de supprimer les messages relatifs à "une certaine compagnie américaine quittant la Chine", ordre émanant de notre webmaster en chef qui reçoit habituellement ses ordres du Gouvernement". Le Conseil d'Etat du Bureau de l'Information n'a pas souhaité commenté.

Avec le tchat étroitement contrôlé, le contraste entre les sentiments sur les réseaux sociaux chinois et étrangers est flagrant. Le très populaire site de discution chinois Tianya.cn avait quelques posts citant Google samedi. Ils étaient tous négatifs ou neutres, alors que les utilisateurs chinois de Twitter applaudissaient la décision de Google quant à offrir des résultats non censurés. Twitter a fait entendre son opposition à la censure. Twitter, comme Facebook et Youtube, ne sont pas présents en Chine en-dehors de l'utilisation d'un logiciel spécial.

Dans l'ensemble, le départ de Google aura une petite influence dans le court terme chez le Chinois moyen. Même si les Chinois peuvent accéder de manière fiable au moteur de recherche non censuré de Google, il leur sera difficile de lire les pages que le gouvernement ne veut pas montrer. Les sites web chinois sont facilement "bâillonnés" et les sites étrangers sont bloqués par un pare-feu très sophistiqué.

Le gouvernement n'a jamais admis l'existence d'un tel pare-feu, ni les directives de censure délivrées aux nouvelles organisations et sites web. Contrairement aux autres nations qui filtrent l'accès à Internet, la Chine n'a jamais observé que les sites web avaient été bloqués, juste que les connexions à ces derniers avaient chuté, comme s'il y avait eu un problème technique sur le réseau.

En fin de compte, l'indifférence peut s'avérer être plus efficace que n'importe quel pare-feu. "Je ne doute que Google sera complètement bloqué en Chine", déclare Luo Peng, un commerçant de Pékin.

"Tout comme Youtube et Facebook, ma vie se porte bien sans eux. Je peux toujours utiliser les autres services similaires qui sont disponibles". Source : Le New York Times.

A lire dans la même thématique


Rédigé par Christophe Da Silva, le Lundi 29 Mars 2010 et lu 3497 fois.

Notez

Thèmatiques abordées et traitées dans cette publication : baidu, censure, chine, facebook, google, google chine, twitter, youtube



Contacts & infos légales
RollBox Thématiques @ lEuroMag
voyage
massages
geothermie
tablette tactile
automobile
quad sport
abris vélos
station lavage vélo
chocolat
ipad apple
iphone apple
smartphone
littérature
prévisions météo
programme tv
horoscope du jour
investir en bourse
réséaux sociaux
aérothermie
jeux de poker
rédaction contenu
kopi luwak
webmarketing
pigistes

Version - Aujourd'hui  lecteurs lEuroMag & Web TV © 2007 | buzz | redaction Actuellement  internautes sont connectés
Retrouvez lEuroMag magazine sur les Réseaux Sociaux
lEuroMag magazine sur Facebook lEuroMag magazine sur Twitter les Buzz du magazine lEuroMag via Google-Buzz lEuroMag magazine sur Netvibes Les Scoops de lEuroMag magazine sur Scoopeo les Videos de lEuroMag Magazine sur Dailymotion les Videos du magazine lEuroMag sur YouTube le Blog Buzz de lEuroMag magazine lEuroMag magazine sur votre iPhone Recevez la NewsLetter de lEuroMag magazine les Flux RSS du magazine lEuroMag

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer a un contact par Email Inscription Newsletter Hebdomadaire